Ciné-Rencontre : ''Le Procés Contre Mandela et Les Autres''

Rencontres ,  Culturelle ,  Sports et loisirs ,  Cinéma à Gourdon

LE PROCÈS CONTRE MANDELA ET LES AUTRES de  Nicolas Champeaux et Gilles PorteLe Procés contre Mandela et les autres
  • de Nicolas Champeaux et Gilles Porte. En présence d'Anne DISSEZ, journaliste correspondante de RFI en Afrique du Sud.

    Synopsis : L’histoire de la lutte contre l’apartheid ne retient qu’un seul homme : Nelson Mandela. Il aurait eu cent ans cette année. Il s’est révélé au cours d’un procès historique en 1963 et 1964. Sur le banc des accusés, huit de ses camarades de lutte risquaient aussi la peine de mort. Face à un procureur zélé, ils décident ensemble de transformer leur procès en tribune contre l’apartheid.. UN PROCES HISTORIQUE ET MECONNU !
    Anne DISSEZ: Correspondante en Afrique du Sud entre 1993 et 2005 pour RFI puis Africa n°1. Elle a collaboré à plusieurs quotidiens de la presse écrite, La Croix, Le Monde, l’Humanité et des magazines. Depuis son retour en France, elle intervient dans plusieurs médias audiovisuels, Africa nº 1, France 24, TV5 monde, France 5, France Culture et dans des événements universitaires. Elle est l'auteur de l'ouvrage "Afrique du Sud" aux éditions L'Harmattan.
Horaires
Horaires
  • Le 19 janvier 2019 à 20:40
Déposer un avis
Écrivez votre avis sur Ciné-Rencontre : ''le Procés Contre Mandela Et Les Autres'' :
  • Horrible
  • Médiocre
  • Moyen
  • Très bon
  • Excellent
1 avis
Très bon
  • un film magnifiquement pessimiste

    Ce film déploie magistralement la thématique du rapport de l'homme à la nature, nature magnifique mais cruelle, comme en témoignent ces plans larges d'un paysage où l'homme n'a pas plus de poids qu'une fourmi et dont il ne subsiste après la mort que ses légendes, le personnage de la folle, dont le mari a été tué par un éléphant, ou la violente mousson qui ruine les paysans en une nuit. Mais le rapport de force est violemment renversé par l'émergence d'une troisième force, plus puissante que toutes les autres : l'argent. Alors c'est la révolution, mais pas une révolution communiste qui tendrait à l'amélioration du sort des hommes, non. Sans outrance, les paysans malgré un vain sursaut de colère sont doucement déshumanisés et, sur les terres qu'on lui a volés, le petit paysan en uniforme surveille une éolienne ; soudain les rapports humains ne se placent plus sous le signe du respect et de l'entraide mais sous celui de la spéculation et du crédit et, enrichi par la vente à crédit de semences hybrides et de pesticides, le petit revendeur de tomates abuse de l'ignorance de ceux qui l'ont autrefois aidé. Les petits paysans, ceux-là même qui ont façonné le paysage que d'autres incendient aujourd'hui pour mieux le piller, n'ont plus leur place dans ce nouveau monde, celui qu'il ont connu est métamorphosé à jamais. Le réalisateur exploite ce thème ô combien actuel et universel avec quelques longueurs et maladresses certes, mais avec tant de finesse et d'acuité dans son regard que vous quittez la salle le souffle coupé, ému aux larmes par la tristesse de la jeune épouse qui regarde partir un époux méconnaissable, hanté par le bruit assourdissant des éoliennes de la scène finale. Oui, Lenin Bharathi est un réalisateur qui pourrait devenir grand, mais rassurez-vous, je doute qu'il ait besoin d'engrais...

    ,

    Réponse du propriétaire

    Bonjour, Nous vous remercions d'avoir déposer cet avis très complet sur ce film. Cordialement, Cathy