Découvrir Gourdon

Une porte fortifiée, des ruelles étroites, des maisons à colombages… Campée au sommet d’une butte, Gourdon la médiévale, se visite le nez au vent. Ici, l’histoire suinte des vieilles pierres et ricoche d’un monument à l’autre comme pour mieux se souvenir. Se souvenir de ces tisserands et drapiers qui assurèrent la richesse de la ville. Se souvenir que Gourdon a su traverser les siècles en se dotant d’une architecture remarquable et d’un patrimoine dont la richesse lui a valu d’être classée parmi « Les Plus Beaux Détours de France ».

360 ° sur l’esplanade

C’est le point de départ incontournable de toute découverte de Gourdon. Situé en haut de la ville, là où hier trônaient un château et des remparts, ce site est le préambule idéal. Pour son rôle dans l’histoire des lieux mais aussi pour son point de vue. Depuis ce mamelon, se dévoilent à perte de vue les paysages vallonnés de la Bouriane et du Périgord, les toits de la ville. Il faut se laisser gagner par la subtile alliance de la nature et de l’architecture, jeter un œil sur la table d’orientation, improviser un pique-nique avant de repiquer vers les ruelles de Gourdon.

Un patrimoine architectural unique

Se perdre dans les ruelles sinueuses pour mieux retrouver l’âme des lieux. Flâner au gré des monuments et découvrir l’église St Pierre dont les deux tours imposent leur toute puissance gothique. Filer un peu plus loin et pousser la porte de la Maison Cavaignac élevée au 18ème siècle, l’Hôtel de Ville, ancienne maison consulaire du XVIIème siècle ou la Maison du Sénéchal en passe de devenir centre d’interprétation. Ici, l’on y révèlera les secrets d’un des plus emblématiques bâtiments de la ville, une belle occasion d’explorer les métiers du Moyen Age, la maison à la Renaissance et la vie quotidienne de Gourdon au fil des époques.

Un après-midi dans les jardins de la Butte

Un parterre de buis, des fontaines rafraîchissantes, des galets de rivière… il faut quitter le dédale des rues médiévales de Gourdon pour découvrir un univers tout en nuances de vert, d’ombres et de lumières. Un univers fait d’une série de jardins abordant chacun une thématique différente. Le Moyen Age tout d’abord avec les Jardins Zig-Zag. Aménagé dans l’esprit insufflé par Charlemagne  qui a profondément changé l’organisation des jardins médiévaux avec son Capitulaire de Villis, il s’ouvre sur un jardin des simples, un potager implanté dans des bacs en châtaignier tressé, un rosarium et un labyrinthe en calade dont les chemins symbolisent la vie chrétienne et le voyage vers la vie éternelle. Juste à côté, les Jardins du Sénéchal offrent eux, leur cour de spectacles, embellie d’un papillon totalement réalisé en buis. Plus loin la cour de la Bibliothèque accueille elle, le Jardin des Contes de Fées, un lieu où le contemporain s’habille de structures en osier, de personnages en bois et de massifs de graminées.